Search

Plaire et Instruire

Si vous aimez la mode, alors vous allez adorez cet article ! Nous allons aborder ici un mouvement littéraire… or qu’est-ce qu’un mouvement littéraire si ce n’est une manière d’écrire, comme il existe des façons de s’habiller ?

Un mouvement littéraire, c’est un ensemble d’écrivains et d’œuvres qui représentent à une période donnée, une vision commune de la littérature, de ses fonctions, de son sens ou ses messages, de la manière de les exprimer... Le mouvement littéraire se définit également par rapport au mouvement précédent et au contexte historique dans lequel il émerge.

Nous allons prendre, ici, l’exemple du Classicisme.


Jusqu’au milieu du XVIIème siècle, le mouvement Baroque domine la littérature. Les écrivains défendent alors, l’exubérance des formes, le refus des codes, ils revendiquent la liberté et l’imagination. Concrètement, il s’agit souvent dans la littérature Baroque de proposer des œuvres complexes. Ainsi, c’est la période du roman fleuve, je citerai à titre d’exemple L’Astrée d’Honoré d’Urfé (1607). Il s’agit d’un roman de 5000 pages, 60 livres, dans lesquels s’enchevêtrent 60 histoires… Pour le théâtre baroque, là encore les procédés utilisés sont complexes, mise en abyme (théâtre dans le théâtre), des histoires multiples, de nombreux lieux, des époques qui changent…

Vous aurez compris au cours de ce petit rappel que le mot qui définit le mieux le baroque c’est « complexité » !

Il s’agit alors pour le Classicisme de créer des modèles, des règles, des codes pour chaque genre littéraire dans un seul objectif : clarifier et simplifier !


Le petit tableau qui suit, a une fonction particulière : illustrer par un rappel de certaines caractéristiques de la littérature du baroque, les raisons pour lesquelles sont nées les fameuses règles de la littérature classiques.


Racine, Molière, La Fontaine, La Bruyère veulent peindre les caractères, les désirs, les sentiments humains afin de confronter le lecteur, le spectateur avec les contraintes sociales, politiques et morales. Pourquoi ?

Au cœur de bon nombre des œuvres de la seconde moitié du XVIIème siècle, il y a la morale classique : un idéal de d’équilibre, de mesure et d’honnêteté. L’ « honnête homme » doit savoir maîtriser ses émotions, il doit être cultivé, modeste et de bon goût. Il s’agit de maîtriser ses passions grâce à l’usage de la raison, héritage cartésien de la première moitié du XVIIème siècle.

Je conviens tout à fait que présenter de cette façon la morale classique ne paraît des plus « sexy » ! Mais vous avez tous ri avec Molière, vous avez tous été fascinés par les fables de La Fontaine, vous avez tous été émus par Phèdre, de Jean Racine, luttant contre son amour pour Hippolyte ? Et toutes ces histoires et les émotions qu’elles génèrent n’ont qu’une vocation… vous plaire pour mieux vous faire réfléchir sur cette fameuse morale classique.


Que la Raison soit avec toi, honnête homme !

435 views

Qesson Education Group offre soutien scolaire et cours particuliers partout dans Londres par le biais de tuteurs professionnels et expérimentés

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon